Paysages et transitions en Vallée de l'Epte

Voyage-atelier 2022

L'École nationale supérieure de paysage organise, en partenariat avec l’Agence d’urbanisme Le Havre - Estuaire de la Seine, le voyage-atelier Paysages et transitions les 19 et 20 mai en vallée de l’Epte. 

Face à l’émergence d’une pluralité de scénarii de transition, à l’échelle nationale comme à l’échelle de la vallée de la Seine, comment s’orienter et agir à l’échelle locale ?

De retour de voyage-atelier, l'École nationale supérieure de paysage revient en image sur cette épopée.

 

 

LA VALLÉE DE L'EPTE UN TERRITOIRE FRONTIÈRE

Pour cette septième édition, le voyage atelier a traversé, contemplé, étudié la vallée de l’Epte.

Prenant sa source dans la boutonnière du pays de Bray et rejoignant sa fidèle voisine la Vallée de la Seine en amont de Vernon, elle représente la frontière historique entre le Vexin Français et le Vexin Normand, soit la limite administrative entre la Région Normandie et la Région Ile-de-France, mais aussi avec la Région des Hauts-de-France.

Espace de transition, ce territoire charnière bénéficie d’un patrimoine historique, paysager et culturel remarquable. C’est aussi un territoire en mutation (pressions urbaines, banalisation des paysages, mobilités dépendantes de la voiture...).

Ce territoire interroge les pratiques actuelles d’aménagements des deux régions et représente, comme en témoigne le projet ferroviaire Serqueux-Gisors, un site à enjeux du CPIER.

C’était donc le territoire idéal pour réunir trente participants autour de problématiques paysagères communes aux deux régions réunies par la rivière.

Pendant ces deux jours d’immersion, l’objectif est de définir ensemble quelles sont les ressources paysagères propres à ce territoire tout en imaginant qu'elles puissent servir une transition énergétique durable pour ses habitants.

 

Premier jour : les visites sur le terrain

Le jeudi 19 mai, après avoir gravi le coteau de Giverny, Camille Ravinet, paysagiste-viticulteur, raconte avec passion l’origine et le caractère de ses cultures viticoles. Romain Bocquet, paysagiste-enseignant à l’ENSP, aiguise alors les regards sur les secrets de la géomorphologie des lieux. Puisque “boire un verre de ce vin permet de lire son paysage” ! [Camille Ravinet]

Après le déjeuner les participants ont été scindés en trois groupes pour aborder différents leviers de la transition énergétique et les ressources paysagères nécessaires pour la mettre en place.

Le premier groupe, accompagné de Jérôme Vrel, s’est préoccupé de l’avenir de la ressource en bois à travers le territoire.

Le deuxième groupe, lui, a traversé la vallée de l’Epte, en quête de sobriété dans les aménagements sous le regard des impressionnistes.

Le dernier groupe a traversé, à bord d’une remorque, une partie du plateau du Vexin Normand, afin d’aborder l’avenir des ressources énergétiques présentes sur le territoire.

Ces expériences de terrain ont permis aux participants de comprendre la richesse des ressources dont regorge ces paysages et d’appréhender des solutions pour adapter ce territoire aux changements climatiques.

Deuxième jour : Atelier de reflexion

Le lendemain, accompagné du Collectif Paysages de l’après-pétrole, les participants se sont pressés en atelier à imaginer l’avenir énergétique du territoire visité la veille, autour du jeu ÉTAPE.

Séparés en trois groupes de travail, les participants ont réfléchi aux possibilités de production d’énergies durables. En trois périodes de jeu, cette activité a permis à chaque groupe d’identifier les unités paysagères du site et ses ressources propres, afin d’imaginer un scénario de transition énergétique pour 2050. En fin de matinée, chacun des groupes a présenté la réalité de son scénario énergétique en 2050. Une plongée dans le temps et dans l’espace garantie !

Le voyage s’est clôturé par la conférence de Frédérique Mocquet architecte, enseignante-chercheuse à l’ENSA Paris-Est sur le thème « Représenter les paysages pour aménager le territoire : l’observation photographique comme expérience. » (Note : un observatoire photographique des Paysages Vallée de la Seine est en gestation.)

LE VOYAGE-ATELIER UN TEMPS DE FORMATION UNIQUE / HORS LES MURS 

Le voyage-atelier propose aux professionnels de la vallée de la Seine un temps de formation sur deux jours leur permettant d’acquérir des outils et des méthodes pour intégrer l’approche paysagère dans leurs projets.

Cet événement se construit autour d’une journée de visites commentées et de rencontres sur le terrain, suivie d’une journée de conférences et de production collective en atelier.